La tendance du moodboard en communication

Le moodboard, un outil efficace

Cela fait déjà plusieurs années que le mot « moodboard » a fait son appartition dans le discours des communicants. Pour les non anglophones, on parle également de « planche tendance ».

Autrement dit, il s’agit d’aligner sur un même support (papier ou bien numérique) un ensemble de visuels représentatif d’un même thème. L’idée étant que suite au brief client, le créatif rassemble toutes les inspirations qui lui viennent à l’esprit pour en constituer une vision globale du projet.

L’objectif ? Montrer visuellement le résultat avant de démarrer le travail créatif, afin de valider les directions suivies par le graphiste. Ainsi, cet outil très apprécié du secteur, arrive relativement tôt dans la relation client, puisqu’il permet de conforter le client quand à la bonne compréhension de ses directives.

Pour parvenir à ses fins, le graphiste a à sa disposition absolument toutes les ressources nécessaires : un nombre incalculable de supports papiers (flyers, catalogue, magazine, prospectus …), sans oublier bien évidemment l’immensité proposée par le web (blog, réseaux sociaux …). En résumé, n’importe quel visuel est susceptible de se retrouver punaisé sur une planche tendance.

Détourner le moodboard

Durant ce mois d’août où le secteur professionnel est quelque peu ralenti par les activités estivales, j’ai mis mon temps à profit pour essayer de détourner l’usage du moodboard. Ainsi, j’ai entrepris de créer un dérivé du moodboard classique.

Je m’explique ! Ma cible principale sont les petites strutures composées très souvent d’une seule personne et possédant peu de moyen. Il est donc évident qu’elles n’ont ni le temps, ni l’argent pour rédiger un brief en béton armé lorsqu’elles me commandent un logo, comme le ferait une grande multinationale. C’est pourquoi, j’ai créé un support où j’ai compulsé diverses tendances graphiques actuelles que j’ai baptisé « Cahier des tendances » (française jusqu’au bout des ongles !).

Mon objectif étant de permettre à mes clients de feuilleter ce cahier et de me dire quelle ambiance se rapproche le plus de ce qu’ils avaient en tête avant de me rencontrer. Et ainsi gagner du temps lors de la création graphique.

Concevoir mon propre moodboard

Pour cet exercice, j’ai utilisé la même méthodologie que pour la constitution d’une planche tendance classique, à ceci près que je me suis concentrée exclusivement sur la ressource web :

  • J’ai délimité un template qui a constitué ma ligne directrice pour l’ensemble de mes pages. Il fallait absolument que la page soit bien fournie en images et en photos pour donner l’opportunité au client d’arriver suffisamment à se projeter pour qu’il puisse me dire « C’est ça que je veux ».
  • J’ai rédigé une liste de « tendances » pour éclairer le client et qu’il puisse me dire ce qui lui parle le plus. La difficulté était de proposer un nombre suffisant de tendances pour qu’il puisse avoir le choix, sans pour autant le noyer dans une liste interminable et qu’il ne sache plus quoi distinguer.
  • J’ai ensuite parcouru le web à la recherche de photos qui pourraient coller au thème de chaque page. Mon idée était de présenter un échantillon assez large de photos représentant le thème. Les mots n’ayant pas la même résonnance pour tout le monde, il me semblait important de proposer des visuels variés, tout en conservant une cohérence globale.
  • Enfin, dernière étape, faire une sélection appropriée de tout ce que j’avais pu trouver et disposer les photos dans mes pages. La visibilité de l’ensemble était extrêmement important afin que le client puisse discerner le message général de la page.

Me voilà donc dotée d’un nouvel outil de communication que j’ai hâte de proposer à mes futurs clients. Curieux de voir le résultat ? Pour cela, une seule possibilité …

… me contacter !